Night studies, regards croisés sur les nouveaux visages de la nuit

Les pressions s’accentuent sur la nuit qui cristallise des enjeux économiques, politiques, environnementaux et sociaux fondamentaux. La société redéfinit en profondeur ses nycthémères. Progressivement les activités humaines se déploient vers la nuit et recomposent un nouvel espace de travail et de loisirs. S’émancipant des contraintes naturelles, nos métropoles s’animent sous l’influence de modes de vie de plus en plus désynchronisés, de la réduction du temps de travail ou des nouvelles technologies d’éclairage et de communication. Depuis une trentaine d’années, on assiste à une colonisation progressive de la nuit par les activités humaines. Conséquence de ces mouvements d’expansion au-delà de la limite du jour, la nuit s’est imposée dans l’actualité du jour pour le meilleur (fêtes, événements…) et pour le pire (violences urbaines, conflits, insécurité…).

Après les travaux pionniers de la fin des années 90, un nouveau champ de recherches, celui des “Night studies” émerge et se structure peu à peu associant notamment des historiens, des géographes, des urbanistes, des sociologues, des économistes, des anthropologues, des ethnologues, des philosophes, des biologistes, des spécialistes de la culture et de la communication, des politologues, des architectes, des artistes et des praticiens. Partout dans le monde, les colloques, séminaires, travaux de recherche, thèses et expositions sur la nuit se multiplient explorant souvent de manière interdisciplinaire les limites de la nuit urbaine, la colonisation, l’insécurité, la gouvernance, les politiques publiques, les aménagements, la qualité de vie, la cohabitation, les plans lumière, le paysage, les mobilités, les représentations, la cartographie, l’innovation, le marketing.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Acheter le livre

20,00

TVA incluse + frais de port

Livre broché - Papier de qualité

En librairie

Sur Internet

Modes de livraison, selon le libraire

Night studies, regards croisés sur les nouveaux visages de la nuit

Sommaire du livre

  • Déréalisation nocturne, Véronique Nahoum Grappe
Introduction
  • Ouvrir les nuits, Luc Gwiazdzinski, Marco Maggioli, Will Straw
Histoire
  • Le portrait littéraire de la vie nocturne d’une ville antique : Rome, Maëlle Le Bivic
Perceptions
  • Obscurités urbaines : Vivre dans le noir, voir dans le noir, Sens et sensations : Vivre la nuit, défier l’obscurité, faire face à la ville, Salomé Vincent
  • Figuration de la nuit comme espace parallèle de pensées et de projections humaines. Le cas de la cellule et de la chambre, Dany Stéphane Minko
Représentations
  • Lo spazio vissuto della notte: un’indagine sulle percezioni e le abitudini dei ricercatori precari nell’epoca neoliberista, Federica Epifani
  • Raccontare l’oscurità, Notti di guerra e di fuga attraverso i graphic novel, Antonella Rinella, Francesca Rinella
Activités
  • Les marchés nocturnes de rue à Yaoundé (Cameroun), entre système D et désordre urbain, Nicolas Owona Ndounda
  • Venezia di notte. Frontiera della colonizzazone turistica o spazio-tempo per pratiche sociali? Federica Letizia Cavallo, Giuseppe Tomasella
Espace public
  • Nightscapes and the social role of public space, Mar Santamaria Varas, Pablo Martinez Diez
Nuits d’ailleurs
  • La nuit de Tokyo Drifter : l’espace-temps tokyoïte après Fukushima, Suzanne Beth
  • A Socialist night? Governing through lights in the post-war, Lucie Dušková
Populations
  • Dall’oscurità del giorno alla visibilità della notte: homelessness e geografie della marginalità urbana nella notte contemporanea, Daniele Paragano
  • La nuit comme révélateur des pratiques genrées et localisées de l’espace urbain (périphérique), Edna Hernandez, Emmanuelle Faure, Corinne Luxembourg
Mise en lumière
  • Parcours nocturnes en plein jour : la scénographie sombre du musée du Quai Branly (Paris), Mathilde Thouron
Poésie
  • Notturni elettrici e metallici nel teatro del primo Marinetti: riletture della geografia e della poesia della notte da Poupées électriques a Elettricità, Cristina Trinchero
Prospectives
  • Notti che si accendono, notti che si spengono, Andrea Giansanti
  • Alla ricerca dei confini non ancora accaduti, Timothy Tambassi
  • Les paysages du Berghain, un espace de discipline de soi. Libération et régulation normative des comportements dans une boite de nuit berlinoise, Nathanaël Wadbled
Conclusion
  • Le champ émergeant des “Night Studies”, première esquisse d’une généalogie, Luc Gwiazdzinski, Marco Maggioli, Will Straw
Postface
  • Politiques nocturnes à l’épreuve du terrain, Les nuits plurielles de Nantes, Benjamin Mauduit
Biographies des auteurs
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Bibliographie

Luc Gwiazdzinski est géographe (Université Grenoble Alpes), membre du laboratoire Pacte. Ses travaux portent notamment sur les temporalités et les rythmes urbains, la nuit, les mobilités et les relations art et territoire. Il a publié une quinzaine d’ouvrages dont : La nuit dernière frontière de la ville, L’Aube ; La ville 24h/24 (La Tour d’Aigues, Editions de l’Aube, DATAR, 2003), Périphéries (avec Gilles Rabin, Paris, L’Harmattan, 2007) et Sur la vague jaune. L’utopie d’un rond-point (avec Bernard Floris, Grenoble, Elya éditions, 2019).

Marco Maggioli est géographe à l’IULM de Milan. Università di comunicazione e lingue, Italie. Marco Maggioli est Coordinateur du cours de maîtrise en tourisme, management et territoire. Ses principaux domaines de recherche sont la géographie culturelle et sociale, la géographie du tourisme, la géographie urbaine, et la méthodologie de recherche géographique. Il est l’auteur d’une centaine d’articles scientifiques dont très récemment avec C. Arbore, Territorialità. Concetti, narrazioni, pratiche. Saggi per Angelo Turco ; Territorialità, legalità e legittimità presso i felupe della Guinea Bissau, 2017 ; a édité avec Luc Gwiazdzinski et Will Straw le numéro monographique Geografie della notte, Bollettino della Società Geografica Italiana (Serie 14, vol. 1, n 2, 2018) ; a édité l’édition critique italienne de Écoumène. Introduction à l’étude des milieux humains de Augustin Berque (Mimesis 2019).

William Straw est professeur au département d’histoire de l’art et des études en communication à l’Université McGill (Canada). Il est l’auteur d’une centaine d’articles sur la musique populaire, le cinéma et la culture urbaine. Il est co-directeur de l’ouvrage Circulation and the city : Essays on Urban Culture (Montréal, Mc Gill–Queen’s University Press, 2010) et a dirigé plusieurs projets de recherche sur les médias, la culture urbaine et la nuit.

Autres auteurs : Suzanne Beth / Federica Letizia Cavallo, Giuseppe Tomasella / Lucie Duskova / Federica Epifani / Andrea Giansanti / Edna Hernandez, Emmanuelle Faure, Corinne Luxembourg / Maëlle Le Bivic / Dany Stéphane Minko / Nicolas Owona Ndounda / Daniele Paragano / Antonella Rinella, Francesca Rinella / Mar Santamaria-Varas, Pablo Martinez-Diez / Timothy Tambassi / Mathilde Thouron / Cristina Trinchero / Salomé Vincent / Nathanaël Wadbled.

Informations complémentaires

Poids 416 kg
Dimensions 13 × 20 cm
Langue

Français, Italien

Nombre de pages

386

Parution

Juin 2020

Éditeur

Elya Editions

ISBN

979-1091336154